Étiquette : vidéo

Entre de bonnes mains

Les images étant souvent plus explicites que les mots (dixit Napoléon), des membres de l’AFILS (Association Française des Interprètes et Traducteurs en Langue des Signes) ont eu l’idée de lancer une série intitulée : EDBM ou « Entre De Bonnes Mains ».

Capture d_écran 2018-08-22 à 20.59.18

Sur un format court, 2-3mn, il s’agit de montrer différentes facettes de notre métier d’interprète en langue des signes, ce qu’il faut faire ou ne pas faire en sa présence, à quoi il peut servir ou ne pas servir, bref de changer la vision qu’on les un.e.s et les autres sur notre métier et sur la communauté sourde…

Chaque mois l’une des antennes régionales de notre association réalise un court métrage et le diffuse. 3 vidéos ont déjà été produites, je vous mets pour exemple celle des breton.e.s (antenne AFILS Breizh) qui est franchement drôle.

Pour en voir d’autres , c’est par ici : chaine Youtube de l’AFILS

L’art de la traduction par Aurélia et Vivien

Il devient urgent de réveiller ce blog qui somnole depuis la fin de l’été.

Mais comme je n’ai pour le moment pas beaucoup de temps à lui consacrer, je vais vous renvoyer chez ma collègue Aurélia Nana Gassa Gonga qui, elle aussi, tient un blog : La Tête Froide.

Son dernier article est sensationnel. Aurélia en plus d’être une interprète en langue des signe française est une thésarde. Autrement dit, c’est une doctorante qui rédige actuellement une thèse sur la traduction (hé oui, nous avons quelques têtes parmi les interprètes en langue des signes). Elle y parle de la magie de la  langue, de sens, de grande iconicité, etc. Tout ce que les linguistes adorent !

Pour notre plus grand plaisir elle s’est amusée à présenter le sujet de sa thèse en 180 secondes (c’est très à la mode).
Là où c’est soudain beaucoup plus original est qu’elle a fait traduire sa présentation. Attention, j’ai bien dit traduire et non interpréter, ce qui est logique car sa thèse est sur la traduction, pas sur l’interprétation.
Pour cela elle a pris Vivien Fontvieille qui est traducteur diplômé de l’université de Toulouse. Comme tout traducteur, il part d’un texte pour le traduire dans une autre langue (la LSF dans le cas présent) vers un autre support (vidéo en l’occurence). Il faut cependant préciser que la LSF, pour Vivien c’est sa langue première. En effet, il est sourd. Bref, il n’a pas entendu la présentation, il l’a lue.
Pourtant à l’écran, Aurélia parle et Vivien est en bas à droite dans son rectangle, comme n’importe quel interprète en langue des signes ; il suit le rythme et le débit endiablé d’Aurélia.

Et vous, vous suivez toujours ?

La Tête Froide, le blog d’Aurélia Nana Gassa Gonga 

.

© Stéphan – ( i ) LSF

Soutenez la création d’un centre relais téléphonique

Cette semaine, au Sénat, sera présenté le projet de loi « Pour une République Numérique » et son fameux article 43 (dont je vous ai déjà parlé) qui doit permettre la création d’un centre relais téléphonique généraliste.

Ce système, déjà opérant aux Etats-Unis depuis plus de 10 ans, consiste à intégrer dans la communication un dispositif intermédiaire assurant la transcription ou la traduction, depuis la langue parlée vers la langue écrite ou la langue des signes, et vice-versa.
Dans le cas de la langue des signes, l’usager sourd contacte le centre relais téléphonique via une webcam. Un interprète diplômé réceptionne son appel en LSF et le traduit en français oral à la personne entendante que le sourd voulait joindre (et inversement).
Ainsi sourds et entendants peuvent facilement communiquer par téléphone via des interprètes F-LSF.

Mettre en place ce système semble une évidence. Pourtant nombreuses sont les réticences pour des raisons financières et autres intérêts privés.

L’AFILS ainsi que de nombreuses associations – FNSF, UNISDA, MDF, AFIDEO, ANPEDA, ANPSA, FNAF, Aditus – ont, par leur action, permis que l’article 43 soit modifié en prenant en compte leurs préconisations.

Il faut à présent encourager les sénateurs puis les députés à voter cet article tel qu’il est rédigé aujourd’hui.

Pour cela je vous encourage, pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait,à signer la pétition que nous avons mis en ligne :

Pétition pour que les personnes sourdes ou
handicapées de la communication puissent téléphoner 

En bonus une vidéo, réalisée par l’agence Aditus et très joliment interprétée en LSF par ma collègue Alexandra, dans laquelle je vous explique succinctement pourquoi l’AFILS soutient l’article 43 et la création d’un centre relais téléphonique universel, généraliste et de qualité.

Être interprète pour un voleur ? C’est possible !

Etre interprète en langue des signes peut vous amener à travailler dans des situations inconfortables comme le prouve cette vidéo en anglais-BSL (British Sign Language).
C’est pourquoi nous n’en voudrons pas à notre collègue de perdre parfois un peu de sa nécessaire neutralité vu le contexte anxiogène.

.

© Stéphan – ( i ) LSF

Je voudrais devenir… interprète en langue des signes

Je dois l’admettre, j’ai un peu délaissé mon blog ces dernières semaines, accaparé par mon boulot, la participation au Conseil d’administration de l’AFILS et tant d’autres raisons.

Heureusement, des collègues travaillent pour moi et me simplifient la tâche d’alimenter régulièrement en billets originaux et intéressants Des Signes et des Mots.

C’est le cas de Lieve, interprète en langue des signes non pas française mais flamande.
Dans le cadre de sa série « Je voudrais devenir… » Arte lui a consacré un reportage de 10mn que voici : 

Capture d'écran 2016-03-01 15.37.05

Amusant de relever les points communs avec les interprètes en langue des signes qui travaillent en France : le temps passer dans les transports, comment les nouveaux signes apparaissent, l’importance du secret professionnel…

Quelques différences aussi : nous ne traduirions jamais un journal télévisé de 45mn tout seul. Nous serions deux ou trois interprètes travaillant en relais.
Et je n’ai jamais vu un collègue portant ainsi ses bretelles.

Ce qui est universel dans ce métier comme le souligne Lieve à la fin, c’est la joie que nous avons à rencontrer chaque jour de nouvelles personnes, à apprendre tant de choses intéressante et notre sale habitude à toujours parler avec les mains !

Coïncidence : quelques jours avant la diffusion de ce reportage, j’ai eu la chance de travailler avec Lieve lors d’une conférence où étaient présents des sourds français et des sourds belges-flamands.
Elle est comme dans ce reportage : souriante, inépuisable, sympa et terriblement efficace.

Capture d'écran 2016-02-12 21.25.16

.

© Stéphan – ( i ) LSF

Un regard très « british humour » sur l’interprète en langue des signes

The Sketch Show était une émission de télévision britannique diffusée sur ITV de 2001 à 2004. Bien que récompensée par de nombreux prix, elle fut arrêtée faute d’audience suffisante.

Dans ce sketch, c’est un interprète en langue des signes qui est mis en scène. Ronny, la jeune femme est interrogée sur l’ouverture d’un nouveau centre spécialement aménagé pour la communauté sourde.
Lee, l’interprète à ses cotés, pratique une langue des signes qu’on pourrait qualifier d’ultra-expressive et véhémente. Le reste se passe de commentaires…

.

Certes c’est en anglais mais si besoin vous pouvez activez les sous-titres pour vous aider à comprendre les dialogues.
De toute façon, visuellement c’est hilarant.

_________________
Merci à mon collègue Samuel pour cette trouvaille

.

© Stéphan – ( i ) LSF