Étiquette : politique

Il était une fois une langue des signes…

Contrairement à ce que pourrait laisser croire ce titre, ni prince ni princesse ne surgiront au détour d’un paragraphe. Il s’agit d’une histoire vraie que j’ai découverte dans l’ouvrage de Nicholas Evans « Ces Mots qui Meurent ».
De plus, contrairement aux contes pour enfants, cette histoire finira mal car à la fin, cette langue des signes meurt.
Autre originalité, nous ne verrons passer que fugitivement et à la fin du texte des interprètes en langue des signes car ils sont (pour une fois!) inutiles.
Mais l’histoire est belle et il aurait été dommage qu’elle demeure oubliée. A travers elle, il s’agit de ressusciter pour quelques instants la langue des signes ottomane qui était partagée par le Sultan, le Grand Vizir, la Cour et ses serviteurs (d’où l’absence d’interprète) de façon qu’aucun secret ne fut éventé.

Istanbul, XVIe siècle : à la cour du Grand Sultan Ottoman

A cette époque, le Sultan voulait des serviteurs dans l’incapacité d’écouter ce que lui-même disait et qui seraient également incapable de révéler les propos échangés, même sous la torture.
Ainsi, en 1554, l’aristocrate flamand Ogier Ghislain de Busbecq visitant la Sublime Porte, rapporte que « les sourds-muets étaient très prisés comme serviteurs auprès des dignitaires turcs. Le vocable turc, dilsiz, « sans langue », était amplement utilisé pour désigner cette catégorie de domestiques, en faveur auprès de la cour ottomane pour de nombreuses raisons. Étant donné qu’ils étaient sourds et muets, même s’ils avaient été témoins d’échanges politiques confidentiels, il n’y avait guère de risque que des ennemis puissent les soudoyer ou les torturer pour qu’ils révèlent des secrets qu’ils n’avaient pas entendus et ne pouvaient conter. »

C’est pourquoi la Cour recrutait activement ces serviteurs sourds et comme un nombre important de malentendants se trouvaient ainsi regroupés au même endroit, ils finirent par développer une langue des signes originale.

Rålamb Costume Book (1657)
« Mutus »

.
Le Sultan les embauchait également pour exécuter ses basses œuvres. Dans leur Encyclopédie, Diderot et d’Alembert définissent ainsi les Dilsiz :
« Dilsiz : noms des muets mutilés qui accompagnent ordinairement le grand seigneur quand il va dans les divers appartements du vieux et du nouveau sérail. Ils sont en particuliers les gellaks, c’est-à-dire les bourreaux qu’il emploie toutes les fois qu’il veut faire périr quelqu’un en secret, comme des frères, ou d’autres parents, des sultanes, des maîtresses, des grands officiers. Alors les dilsiz ont l’honneur d’être les exécuteurs privilégiés de sa politique, de sa vengeance, de sa colère, ou de sa jalousie. Ils préludent à quelque distance leur exécution par des espèces de hurlements semblables à ceux du hibou et s’avancent tout de suite vers le malheureux ou la malheureuse condamnée, tenant leurs cordons de soie à la main, marques funestes d’une mort aussi prompte qu’infaillible. »

Les Sultans se succédant ont conservé ce groupe de serviteurs sourds et dévoués en les formant générations après générations à la langue des signes qui avait été mise en place des années auparavant. Mieux, ils les considéraient comme des amis, des confidents car ils se situaient hors de la stricte hiérarchie de la Cour, hors d’un trop sévère protocole.

Les Sultans prirent un tel plaisir à pouvoir converser secrètement avec ces sourds qu’ils apprirent eux mêmes cette langue des signes ottomane. Comme le rapporte Louis Deshayes de Courmenin en 1624 : « Outre tous ceux-là qui sont destinés pour le service du Prince, il y en a plusieurs autres qui servent à luy faire passer le temps, dont les uns s’appellent Dilsiz, c’est à dire sans langues car ils sont muets. Il n’y a rien qu’ils ne fassent entendre par signes beaucoup plus facilement et plus promptement que s’ils parloient. Et ce qui est encore davantage à admirer est, que non seulement ils se font entendre de jour, mais encore de nuit par le simple attouchement des mains et des autres parties du corps. Le feu Sultan Osman prenoit si grand plaisir à ce langage muet, qu’il l’avoit appris et l’avoit fait apprendre à la pluspart de ses Ichoglans et de ses Eunuques. »

Les gens de la Cour ont donc eux aussi appris cette langue soit pour pouvoir partager des moments intimes avec le Sultan soit tout simplement pour lui plaire.
Alors, événement unique dans l’Histoire de l’humanité, via le handicap (la surdité) le silence et l’expression en langue des signes ottomane devinrent la plus haute norme au sein du Sérail.

Rålamb Costume Book (1657)
« Mutus precipuus imperatoris »

.
D’autres témoins attestent de la large utilisation de la langue des signes ottomane, tel le diplomate Ottaviano Bon :
« Et il est fort digne d’observation que dans le Sérail, le sultan et ses sujets peuvent raisonner et discourir de toutes choses aussi bien et aussi distinctement, par signes et hochements de tête, que par des mots ; et cela convient fort bien à la gravité de la meilleure sorte des Turcs, qui n’ont cure de babillage. Le même usage est en vigueur auprès des sultanes et autres femmes du Sultan : elles sont pareillement accompagnées de femmes muettes, jeunes et vieilles. Et cela est une antique coutume du Sérail. Ils recueillent autant de muets qu’il est possible d’en rassembler et ce principalement pour cette raison qu’ils tiennent peu convenable pour le Grand Seigneur et guère approprié à sa Grandeur de s’adresser à quelque personne présente sur un ton familier mais il peut de cette manière et de façon plus convenable et domestique badiner et se divertir avec les muets qu’avec les autres membres de son entourage. »

Car il passait pour inconvenant de perturber la tranquillité du Sultan en faisant résonner le fracas de la parole, nombre de courtisans apprenaient aussi à signer. Le silence se devait de régner dans le Palais.

Alors, « la nécessité de ne s’exprimer que par signes en présence du Sultan Mourad porta la langue des muets à son plus haut point de développement : les clignements d’yeux, le mouvement des lèvres, le craquement des dents avaient remplacé la parole. » Joseph Hammer, Histoire de l’empire ottoman (1837).

Autre voyageur, d’Ohsson  raconte à la fin du XVIIIe siècle :
« il y a dans chaque Oda trois ou quatre muets (dilsiz) qui ont pour chef le plus ancien d’entre eux, appartenant à la seconde chambrée. Il doit se tenir à la porte du cabinet du Sultan, lorsqu’il est en conférence secrète avec son Premier Ministre ou avec le Mouphti. Les muets portent un bonnet brodé en or, différent pour la forme de celui des autres pages. Ils s’expriment par des gestes rapides, et ce langage est connu des gens du palais, des dames du Harem, du Sultan lui-même, qui d’ailleurs ne fait souvent que des signes de la main pour donner ses ordres à ceux qui l’entourent. Au reste, le Grand-Vizir, le Kehaya-Bey et les Paschas, gouverneurs de province, sont les seuls qui puissent avoir des muets à leur service. »

Mais, à partir de la moitié du XIXe siècle, « l’empereur actuel Mahmoud a détruit ces usages; il a tout changé dans l’état. La révolution ne vient point là du peuple; elle descend du trône: ainsi se fait-elle difficilement; le peuple manque de lumière pour apprécier les bienfaits de ces changements. Déjà les janissaires ont disparu, et les troupes sont armées et habillées à la française. Le sultan sort à pied, sans turban et avec un chapeau sur la tête, une badine à la main. Ses domestiques ne seront plus bientôt ni muets ni eunuques, et ses femmes non seulement ont la liberté de franchir les portes du sérail, mais encore elles sont obligées de se montrer aux promenades publiques. » [Auteur Jésuite]  Note sur Constantinople. Lettres Édifiantes et Curieuses concernant l’Asie, l’Afrique et l’Amérique.

Puis survint la 1ère Guerre Mondiale, la fin de l’Empire Ottoman, l’instauration de la République turque par Mustafa Kemal Atatürk (1923) et cette langue disparut à jamais avec ses locuteurs qui moururent ou s’enfuirent pour se préserver des représailles.

Malheureusement, de cette longue et illustre histoire (500 ans), nous n’avons que des témoignages visuels rares et fragmentaires de signes individuels et aucune description verbale détaillée. Il était encore trop tôt pour que cette langue soit filmée et les quelques documents photographiques que nous possédons datent de 1917 : ils dépeignent deux serviteurs sourds de la Sublime Porte en train de communiquer par signes.

Cette perte est particulièrement frustrante pour notre compréhension des diverses langues des signes dans la mesure où il est probable que la langue des signes ottomane ait été la plus ancienne à avoir bénéficié d’une tradition linguistique continue et d’une communauté substantielle d’usagers ce qui lui a sans doute permis de développer un niveau de complexité significatif.

Reste néanmoins l’hypothèse fragile que la langue des signes turque moderne serait la descendante directe de celle qui était en usage à la Cour ottomane. Mais le système d’enseignement turc a connu suffisamment de bouleversements au cours du XXe siècle pour que nous restions très prudents à ce sujet souligne Nicholas Evans dans son ouvrage. Cela dit, la chronologie de l’émergence des écoles pour sourds de la Turquie moderne peut laisser supposer qu’une telle connexion n’est pas impossible. Il est prouvé qu’on trouvait encore des serviteurs sourds à la Cour au début du XXe siècle. A la même époque, un certain nombre d’écoles modernes pour malentendants commencent à fonctionner. Une interaction minimale entre la dernière génération de serviteurs impériaux sourds signeurs et la première génération d’écoliers malentendants aurait suffi à assurer une certaine continuité de la langue des signes.

Mais en l’absence de documents historiques détaillés sur la langue des signes ottomane ou d’enregistrement visuel des derniers serviteurs sourds de la cour impériale, cette hypothèse séduisante reste invérifiable.

Cette histoire nous rappelle que l’un des rôles des interprètes en langue des signes est d’être une passerelle entre différentes communautés. Ils permettent à ces langues de se diffuser sur les territoires, aux nouveaux signes (néosimismes) de se répandre et ainsi à ces langues de vivre au delà des communautés ou elles sont pratiquées. En l’occurrence dans l’Empire Ottoman il n’y avait pas d’interprète puisque tout le monde dans le Sérail signait et cette langue, sans relais au sein de la population turque, confinée en un Palais, disparut en même temps que lui et ses habitants.

.

PS : j’ai eu connaissance de cette histoire en écoutant « Tire ta Langue » excellente émission diffusée sur France Culture.

Les interprètes en LSF bientôt inutiles ?

Faisons un rêve : dans quelques années, nos hommes politiques ayant parfaitement intégré les besoins de la population sourde en matière d’accessibilité auront acquis un excellent niveau en langue des signes française. Ainsi, ils pourront s’exprimer et signer en même temps, exercice extrêmement périlleux, j’en suis personnellement incapable.
Alors, il ne restera plus aux interprètes en lsf qu’à s’effacer…

.

Bravo à Timothée Goguely qui a réalisé ce montage quand il était étudiant en 2ème année à l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg.

Jeu des 7 erreurs

Pour ces élections législatives, de nombreux candidats ont décidé de réaliser de courtes vidéos afin de se présenter, d’expliquer en détail leur programme…
Et certains d’entre eux, « pour que nos amis sourds et malentendants en situation de handicap » (selon la terminologie habituelle) puissent accéder au contenu, ont eu l’idée de les faire traduire en langue des signes française, espérant ainsi recueillir des voix supplémentaires.

C’est le cas de Christiane Brunet, candidate divers droite pour la 4ème circonscription de Savoie qui nous a offert un clip étonnant où l’on voit un jeune homme essayant maladroitement d’endosser le rôle d’interprète en langue des signes et massacrant allègrement le discours de la candidate.
Aussi, je vous propose non pas de se moquer de sa prestation (quoique je dois admettre avoir beaucoup ri en la voyant la première fois) mais de jouer au jeu des 7 erreurs.

* Dans cette vidéo, sauras-tu trouver les 7 erreurs qui te permettront d’affirmer que cette personne n’est pas un interprète en langue des signes ?
Si tu es entendant et que tu éprouves quelques difficultés à toutes les repérer, voici mon conseil : coupe le son.


.

Erreur 1 : Charabia


Même en faisant des pauses, des retours en arrière, des gros plans… le constat est sans appel : ce garçon est incompréhensible. Il connaît 3 signes (montrer, je, idée) un peu de dactylologie et il tente péniblement (surtout pour nous) de traduire en lsf le discours de la candidate.
S’il le faisait avec des moufles et une cagoule, le résultat serait identique : on ne comprend rien.
Je vous traduis les signes que j’ai aperçus (devinés) durant la première séquence : « maintenant je suis conseiller rare pas possible papier d’Albigny (avec le Y qu’il signe à la limite du cadre) je montre 4ème pourtour Savoie ».
Bien sur il n’a ni le temps, ni les moyens de tout traduire donc il sélectionne et on dit adieu à la fidélité.
Bonus « éclat de rire » : à 1:30 il traduit « dynamique » en faisant le gorille.

Erreur 2 : Le pull marin

On peut comprendre que ce jeune homme voue une passion à Jean-Paul Gautier ou qu’il adore son nouveau pull acheté chez Saint-James et qu’il a souhaité nous le montrer mais il faut le prévenir qu’hélas par respect pour les sourds, les interprètes en langue des signes évitent de porter des vêtements colorés avec des motifs criards ou des rayures. En effet les couleurs contrastées, les rayures fatiguent les yeux des spectateurs et peuvent gêner à la bonne compréhension du discours.
C’est pourquoi nous sommes habituellement vêtus de couleurs sombres et unies (j’ai dans mon placard une dizaine de chemises ou tee-shirts à manches longues noirs, bleu marine, gris foncés, bordeaux, vert bouteille…) et on garde ses chemises hawaïennes, ses tuniques aux imprimés flashy et ses pulls marins moulants pour les virées nocturnes.

Erreur 3 : Où est-il passé ?

Et tandis que Madame Brunet énumère patiemment les noms des cantons et autres charmants villages savoyards de sa circonscription, hop ! il disparait de l’écran ! J’ai beau le chercher dans ce paysage bucolique, soulever chaque motte de terre, impossible de le trouver. Peut-être est-ce un jeune homme taquin qui veut simplement jouer à cache-cache avec nous ? Ou bien a-t-il eu peur de devoir dactylologier la longue liste de noms propres ?
Quoi qu’il en soit, pour la personne sourde, il ne se passe plus rien elle doit se contenter d’admirer les pâturages alpestres sans savoir qu’en réalité le discours continue.

Erreur 4 : Qui parle ?

Il avait disparu (on s’inquiétait) et le voilà qui revient faisant des signes en plein écran.
Mais comme on ne voit pas Christiane Brunet on ne sait pas si c’est elle qui parle (pour les lecteurs distraits, je rappelle que les sourds n’entendent pas les voix) ou un autre intervenant, son mari, un voisin, un futur électeur. A moins que le jeune homme ait décidé de déclarer sa flamme à la candidate et il nous propose donc un petit commentaire personnel.

Erreur 5 : L’interprète furet

En visionnant cette vidéo je pensais à la chanson du furet « il est passé par ici, il repassera par là ».
Il est là, il n’est plus là, il est en haut à droite puis en bas à gauche puis à droite, il remonte à gauche, bref on ne sait jamais où il va surgir, il est épuisant à suivre.
Alors qu’il est si simple pour le réalisateur de nous laisser dans notre petit et confortable coin en bas à droite et de ne plus s’occuper de nous !

Erreur 6 :  Après l’effort, le réconfort

« Ouf ! C’est difficile de traduire ! » semble-t-il nous dire.
Sans doute ravi par sa prestation, mais un peu fatigué il s’accorde une pause. C’est l’instant « repos du guerrier » et relax, il met la main sur sa hanche et sourit fièrement (c’est ici que je devrais sortir mon laïus sur la nécessaire neutralité de l’interprète mais à quoi bon… ).
La prochaine fois il faudra lui prévoir une assistante qui viendra le féliciter et lui éponger le front.

Erreur 7 : Vivement les vacances

Cela fait déjà 2mn30 qu’il agite ses mains vainement. Mais jouer à faire l’interprète en langue des signes c’est exténuant il faut sans cesse remuer des bras, écouter et essayer de comprendre ce que raconte la candidate…
Heureusement c’est un garçon courageux et tenace alors, il remonte ses manches (ça lui donne un air cool en plus) et il se motive pour continuer !
Dommage que la vidéo ne dure pas 5mn il aurait fini en tee-shirt voire torse nu.

Peut-être à cet instant a-t-il enfin compris qu’être interprète français/LSF n’est pas un loisir, un passe-temps qu’on peut faire sans aucune compétence ou connaissance approfondie de la langue des signes mais un vrai métier qui demande de longues années d’études, d’apprentissages et que, promis-juré, on ne l’y reprendrait plus !!!

Trouverez-vous une 8ème erreur ?

_____________

PS : alertée par l’une de mes collègues, Christiane Brunet a retiré la vidéo incriminée de son site mais pas de sa page Dailymotion.

Voici un extrait de son courrier d’excuses : « ce clip avait seulement pour but d’aller dans le sens d’une meilleure communication auprès des personnes malentendantes et n’avait aucune vocation à offenser qui que ce soit. Je vous prie donc de m’excuser pour le non professionnalisme de la traduction. Il se trouve que dans ma famille j’ai un beau frère et une belle soeur qui sont sourds, résidant à Poitiers. Leur fils  a bien voulu participer à mes côtés à l’élaboration de ce clip et a mis beaucoup de bonne volonté pour réaliser cette traduction, vous me voyez désolée du résultat. »

On peut saluer ses excuses rapides et regretter d’entendre les arguments habituels (qui avaient déjà été utilisés par Marianne Dubois massacrant le discours de Roselyne Bachelot et par tant d’autres) : pas rendu compte, bonne volonté, mieux que rien…

Les élections pour tous

Une fois n’est pas coutume, je souhaite faire de la publicité pour un nouveau et éphémère site internet que je trouve formidable : « Les élections pour tous« .

Depuis début avril, date d’ouverture de la campagne officielle pour l’élection présidentielle, jusqu’au 19 juin, après le second tour des élections législatives, ce site propose de réunir une sélection d’informations diffusées par les médias avec pour objectif de rendre ces informations accessibles aux personnes sourdes ou malentendantes.
Pour cela, toutes les vidéos présentées sont, soient sous-titrées, soient traduites en langue des signes, soient directement produites en lsf. Soit tout à la fois !!!

Initié par l’association Aditus, ce site est le résultat d’une collaboration avec de nombreux partenaires : Websourd, Cinésourd, Point du Jour, LCI, AFP, MFP, Canal +, Echo Live sans oublier bien sur les nombreux bénévoles, comédiens, cadreurs, interprètes qui s’investissent ensemble dans ce projet enthousiasmant pour rendre l’information accessible.

C’est ainsi que vous pourrez voir les Guignols de l’Info sous titrés, les dépêches de l’AFP et des interviews des candidats traduites par l’équipe de Websourd, le journal de 20h de LCI interprété en lsf tout comme les clips de la campagne officielle, ou encore des « Mix Infos » qui vous proposent en langue des signes des informations quotidiennes sur la campagne électoral. Et tant d’autres vidéos…

C’est un superbe projet qui souligne combien rendre l’information accessible aux sourds et aux malentendants peut être facile, beau et joyeux !

Ci dessous la vidéo (en lsf avec sous-titres et voix off) présentant le site :

Le site : Les élections pour tous

La campagne officielle traduite en LSF : deux exemples

A présent que l’interprétation en langue des signes française des vidéos de la campagne officielle n’a plus de secret pour vous, voici deux exemples de réalisation pour vous montrer le résultat final.

Bien sur, cela ne s’est pas fait en une prise, il aura fallu recommencer de nombreuses fois car on se mélange les doigts (ah la dactylologie !), on inverse une phrase (le changement c’est maintenant devient maintenant c’est le changement), on se trompe dans les dates (mais non de Gaulle ne dirigeait pas la France en 1854) , on s’embrouille avec les emplacements pourtant soigneusement préparés (et les « odieux capitalistes » se retrouvent à gauche de l’échiquier politique),  ou tout simplement on est noyé dans le flot de paroles et nos mains, épuisées, s’arrêtent d’elles-mêmes…

Pour respecter la parité un candidat de gauche, un candidat de droite, un interprète, une interprète.

_____

Toutes les vidéos traduites en lsf sur le site de France Télévisions :
http://bit.ly/campagneofficielle2012

La campagne officielle télévisée : traduire pour interpréter

Lundi 9 avril, s’ouvre la campagne officielle en vue de l’élection présidentielle.
Les différents candidats reçoivent les mêmes conditions de traitement de la part des pouvoirs publics et notamment chacun dispose d’une durée égale d’émission télévisée sur les chaînes nationales.
Les émissions de la campagne électorale sont de deux types :
– des émissions de petit format, d’une durée de 1 minute 30 secondes pour le premier tour du scrutin et de 2 minutes pour le second tour du scrutin ;
– des émissions de grand format, d’une durée de 3 minutes 30 secondes pour le premier tour du scrutin et de 5 minutes pour le second tour du scrutin.
Ces clips de campagne sont intégralement sous-titrées à l’intention des personnes sourdes ou malentendantes.

En outre, comme le stipule le texte organisant cette campagne officielle :
Article 31 : « il peut être procédé à l’incrustation de la traduction en langue des signes pour tout ou partie des émissions. Le coordonnateur est informé, au plus tard au moment du tirage au sort prévu à l’article 3, de la proportion d’émission qui donnera lieu à une traduction en langue des signes. »

C’est à ce moment que nous intervenons.
En effet, depuis une semaine une équipe de cinq interprètes français/langue des signes française se relaye dans les studios de France Télévisions pour interpréter en lsf les propos des candidats.

Chaque matin, après un rapide passage par le « Bar de la Plage » pour engloutir quelques viennoiseries et avaler deux ou trois cafés, on se rend dans notre studio salle d’enregistrement où … nous patientons. En effet, nous sommes au bout de la chaîne de production et nous ne pouvons travailler que sur des vidéos validées.

Bref certains jours on reçoit une vidéo le matin et aucune l’après-midi, d’autres jours il faut en traduire 15 et on travaille alors très tard dans la nuit.

Si j’ai choisi d’intituler ce billet « traduire pour interpréter » c’est qu’aux vues des contraintes auxquelles nous sommes soumis, face à la densité des discours, à leur construction parfois alambiquée et peu adaptée à la langue des signes, nous devons passer par une démarche de traduction pour espérer délivrer une interprétation finale, claire, compréhensible et fidèle.
Si je parle de traduction c’est que nous partons d’un corpus (vidéo) mais cela aurait pu être un texte sur lequel nous allons travailler pour ensuite l’interpréter. Notre travail n’est donc pas spontané comme lors d’une conférence publique sur les maladies tropicales ou durant un cours d’histoire de l’art.

Réfléchir en amont à notre interprétation est indispensable car les contraintes sont multiples :
Le discours est dense, écrit et fréquemment lu via un prompteur.
Si vous regardez ces vidéos, vous remarquerez par exemple qu’un candidat plutôt à gauche de l’échiquier politique, manifestement peu à l’aise avec l’oral, s’accroche à son prompteur tel le naufragé du Titanic à une bouée. On peut même suivre le déplacement de ses pupilles d’une ligne à l’autre.
Le rythme d’élocution est rapide, sans temps mort comme cette candidate une candidate qui doit allègrement débiter 250 mots/mn. Pour une autre (au débit plus mesuré) c’est sa prononciation qui peut perturber une bonne compréhension.
Enfin les thèmes développés sont variés avec parfois l’utilisation d’un vocabulaire spécifique. En une journée, on parle de politique (bien sûr), mais aussi d’économie, de technique, de société, d’internationale, d’environnement, de loisirs, de culture… avec des focus sur la crise, le pouvoir d’achat, les problèmes de l’agriculture et des marins-pêcheurs, les licenciements, les salaires, les centrales nucléaires, le chômage des jeunes, l’éducation des enfants, le CAC 40, la place de la France dans le monde etc.

D’où la nécessité de préparer notre interprétation donc de faire un véritable travail de traduction.

Pour cela on commence par écouter/regarder la vidéo une ou deux fois pour découvrir les thèmes abordés, sentir les difficultés à venir, commencer à s’en imprégner.
En plus d’être denses et précis les discours de certains candidats peuvent être abscons pour le néophyte qu’est l’interprète en certains domaines. Il faut alors chercher quelques informations complémentaires pour s’assurer de ne pas commettre de contre-sens.
C’est par exemple se familiariser avec la fission thermonucléaire contrôlée et les réacteurs de 4ème génération ou s’informer sur les lois régulant la plantation des pieds de vigne.
Le tout étant souvent recouvert d’une belle langue de bois qui nous dissimule le sens caché du discours.

Par exemple deux expressions nous ont posé problème. Comment traduire « corps intermédiaires » et « classe moyenne » ?
Pour le premier on a opté pour [SYNDICAT] sachant que c’est un peu restrictif, certes, mais le candidat qui les dénonce les aimant tellement peu, je pense que nous étions proche de sa pensée.
Pour le second si on voulait être juste il aurait fallu traduire « salariés, chômeurs, retraités… situés à un niveau moyen dans les strates sociales ». Bref c’est beaucoup trop long, avec ce choix on en serait à l’introduction tandis que le candidat prononcerait le rituel « Vive la République, vive le France ». Donc on a opté pour un rapide et efficace [POPULATION] [MOYENNE].

Une fois que le sens du discours nous apparaît limpide, que la langue de bois a été rabotée au maximum, il faut faire face à une deuxième difficulté : le texte écrit qu’il faut casser. Ce dernier respecte des normes précises dans sa construction et elles sont souvent très éloignées de la lsf. Par exemple l’information placée à la fin de la phrase comme le lieu ou une date est justement celle qu’on utilise pour démarrer la traduction.
On doit donc reconstruire le discours pour le rendre compréhensible pour les téléspectateurs.

Le choix des mots peut aussi générer des pièges.
Nombreux sont les candidats qui critiquent parlent de Bruxelles qu’il faudra alors traduire non par le nom de la ville (sauf s’ils nous racontent leur dernier week-end touristique) mais par Europe avec pour certains, derrière, les vilains technocrates qui manipulent la France.
En interprétation simultanée cette gymnastique s’effectue continuellement mais ici c’est plus compliqué car on ne peut pas décaler, on ne peut pas laisser quelques secondes entre les propos du locuteur et notre interprétation laps de temps qui permet normalement d’effectuer un travail impeccable. Quand le candidat finit de parler, il faut que l’interprète repose ses mains au même instant.
C’est justement ce travail de préparation, de traduction qui va nous permettre de compenser cette absence de décalage, de structurer notre production en « véritable » langue des signes, d’avoir une expression beaucoup plus claire. Sans elle, nous devrions interpréter les phrases au fur et à mesure avec le risque, compte tenu du rythme et de l’impossibilité de décaler, de trop coller au français.
Ce ne serait pas forcément du français signé (un mot–>un signe, la hantise de tout interprète) mais une structure un peu bancale et peu satisfaisante.

Réfléchir en amont à notre interprétation permet de pré-positionner ses emplacements.
En effet, pour espérer rendre une interprétation compréhensible à la télévision, il est indispensable d’avoir des emplacements pertinents.
La langue des signes étant une langue visuelle, qui donne à voir, il faut placer les lieux, les personnages, les actions précisément dans son espace de signation. Par exemple, si je traduis un candidat de gauche, je mettrais les travailleurs exploités à gauche (justement) et les riches et désœuvrés capitalistes à droite, les bas salaires plutôt en bas, les hauts salaires plutôt en haut…
Pour un candidat qui n’aime pas l’Europe je placerais l’entité en hauteur pour souligner qu’elle écrase notre beau pays à l’indépendance menacée.
Quant aux enfants que tous chérissent et veulent éduquer pour un avenir meilleur je les mettrais au centre (de toutes les attentions) etc.
Surtout, quand une personne est assignée à une place elle ne doit plus en bouger jusqu’à la fin de la vidéo sinon votre interprétation devient vite incompréhensible.

Traduire devant une caméra nécessite également d’être le plus clair possible par le biais d’expression plus iconiques, qui donnent à voir et à comprendre. Pour cela on a souvent recours à des périphrases qui doivent être exécutées en peu de signes afin de suivre le rythme du locuteur.
Par exemple de nombreux candidats de gauche voudraient tout nationaliser, les banques, les compagnies pétrolières…
Pour faire court en lsf on a décidé, avec mes collègues de signer : [ENTREPRISE] [L’ETAT] [PREND] en un geste vigoureux et volontaire qui certainement ravira ces mêmes candidats.
Se préparer c’est aussi l’occasion d’épurer sa langue des signes, de supprimer tous les signes parasites (avec, pour, chez, dans…) ou les tics de langage, (et oui il y en a aussi en lsf!). Moi, par exemple je mets [SAUF] à toutes les sauces !

Enfin, traduire pour interpréter ces émissions permet de ne pas être surpris notamment par le surgissement de noms propres qu’il faut épeler laborieusement lettre par lettre (la pénible dactylologie).
Donc on s’entraîne à correctement dactylologier, Jaurès, les prénoms de la femme et des enfants de l’un des dix qui nous présente toute sa famille, Florange, Arcelor-Mittal… ou à envisager une stratégie pour éviter ce fatiguant exercice en signant « centrale nucléaire en Alsace » plutôt que d’épeler consciencieusement Fessenheim.

Cette préparation revêt également un caractère plus traditionnel comme trouver les numéros ou les signes des départements cités, repérer les chiffres, les noms propres, vérifier le positionnement géographique de certains lieux, trouver des définitions.
Personnellement j’ai beaucoup de mal à signer les chiffres, j’ai tendance à rapidement m’emmêler les doigts. Et bien sur j’ai eu le candidat qui en 1’30 parcours les grandes étapes de l’Histoire de France. J’ai donc dû m’entraîner de longues minutes pour ne plus dater la Révolution Française en 1798 ou l’élection de François Mitterrand en 1881.

A présent, théoriquement nous sommes prêts à traduire l’émission de la campagne officielle. Il est temps de se diriger vers la caméra pour valider nos hypothèses de travail…

Pour voir le résultat, c’est par ici :
La campagne officielle traduite : deux exemples.

Le CSA a réalisé un reportage montrant comment sont réalisés ces clips de la campagne électorale : http://bit.ly/coulissespresidentielles

Rue89 en parle…

J’ai été contacté cette après-midi par Emilie Brouze, journaliste à Rue89.
Suite à mon billet, elle souhaitait m’interroger sur la malheureuse prestation de Marianne Dubois qui a tenté (et échoué selon moi) de s’improviser interprète en langue des signes française durant un discours de Roselyne Bachelot.

Je vous invite à lire son article joliment intitulé :

« Pour les sourds,le discours de Bachelot traduit avec les pieds »

(une simple remarque : je ne suis pas un interprète des langues des signes mais plus modestement uniquement en français/langue des signes française)

Je ne peux néanmoins que me réjouir de cet article, qui espérons le, permettra aux partis politiques de prendre enfin conscience de la nécessaire présence d’interprètes diplômés durant les débats, les meetings qui jalonneront la campagne des élections présidentielles puis législatives.