Tag: meeting politique

« Accès-Cible », pour une campagne électorale accessible aux sourds

En réponse aux trop nombreux manquements et autres cafouillages en matière d’accessibilité de ce début de campagne pour l’élection présidentielle, un collectif (en lien avec l’Association française des interprètes en langue des signes, AFILS) s’est constitué dans le but d’alerter les candidats, les partis politiques et plus généralement nous les citoyens, sourds et entendants.
L’idée est d’organiser une mobilisation des interprètes et traducteurs en LSF ainsi que de la communauté sourde autour d’actions ciblées afin de créer le buzz dans les médias et sur les réseaux sociaux et d’attirer l’attention des différents candidats à la présidence sur les enjeux de l’accessibilité.
Cette action a été ingénieusement baptisée : « Accès-Cible »

Si vous êtes intéressés par « Accès-Cible » vous pouvez
– aimer la page Facebook : https://www.facebook.com/acces_cible
– suivre le compte Twitter : @acces_cible  

16403049_10211464914957100_4359370142584233891_o

Et ça marche !
La preuve, ma collègue Claire Bernadat a déjà été interviewée par une journaliste de Libération : elle y explique le comment du pourquoi d’ « Accès-Cible ».

  • Pourquoi avoir lancé le mouvement Accès-cible ?

Tous les cinq ans, c’est le même constat. Les meetings et les réunions publiques des politiques ne sont que trop rarement traduits pour les sourds et malentendants. Sans ces outils leur permettant de se renseigner sur les programmes électoraux, ils ne peuvent pas correctement exercer leur droit de vote. Après avoir envoyé des courriers aux candidats, en vain, on a décidé de passer à l’action. Notre but est de leur faire prendre conscience de cette situation. Nous voulons que tous les meetings, toutes les réunions publiques mais aussi la communication diffusée sur Internet soient systématiquement accessibles. Les sourds ne doivent plus être considérés comme des citoyens de seconde zone.

  • La traduction des vœux de Jean-Luc Mélenchon a été faite par un amateur. Elle était incompréhensible. Qu’est-ce que cette séquence vous évoque ?

C’est un exemple parmi tant d’autres. Après cet épisode, plusieurs politiques nous ont contactés pour faire traduire leurs meetings. Malheureusement cette démarche paraît plus motivée par la crainte de faire la même bourde. Dernièrement j’ai traduit un meeting. C’était absurde car la traduction était retransmise sur les réseaux sociaux mais pas dans la salle où avait lieu le discours. On a l’impression de ne pas être pris au sérieux par les politiques. Pour justifier l’absence d’interprètes, l’argument qu’on nous ressort souvent c’est le coût. Mais pour un meeting, trois interprètes coûtent grand maximum 2 500 euros, c’est peu comparé au coût d’un hologramme (entre 50 000 et 100 000 euros selon Sébastien Mizermont, directeur de création d’Adrénaline Studio, cité par le Huffington Post). Aux Etats-Unis, la traduction des meetings est systématique.

  • Quelles mesures proposez-vous pour faciliter l’accès à l’information pour les sourds et les malentendants ?

L’accessibilité totale et systématique aux réunions publiques, aux meetings et aussi aux vidéos retransmises sur Internet. Nous considérons qu’une accessibilité complète comprend le sous-titrage (vidéo montée) ou la vélotypie (vidéo et événements en direct) mais aussi la présence d’interprètes professionnels et diplômés. Mais les sous-titres ne peuvent pas se substituer à une traduction. Il ne faut pas oublier que la langue maternelle des sourds est la langue des signes et non la langue française. La loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées le dit clairement : la langue des signes est une langue à part entière. Nous espérons pouvoir rappeler aux futurs ou actuels décideurs leurs devoirs et obligations quant au droit à l’égalité face à l’accès à l’information, particulièrement lorsqu’il s’agit de citoyenneté.

Propos recueillis par : Héléna Berkaoui © Libération 

.

© Stéphan – ( i ) LSF

Interprètes en LSF, « petites mains de la présidentielle »

7 apprentis journalistes animent un réjouissant site internet, “Les Petites Mains de la présidentielle”.
La ligne éditoriale est claire. Il s’agit de mettre en lumière le temps d’un article ou d’un reportage vidéo ceux qui participent à la campagne présidentielle mais qui évoluent dans l’ombre, ceux comme ils écrivent « sans qui un meeting serait sans chaise, sans boisson, sans musique et un candidat sans allure« .

Parmi ces petites mains il y a parfois les interprètes en langue des signes qui sont appelés pour traduire les discours lors des meetings politiques.

Après nous avoir vus traduire le meeting de François Fillon au Cirque d’Hiver en septembre dernier, Héloïse Fayet m’avait interviewé sur comment on se prépare avant ce type d’intervention, sur la neutralité de l’interprète… En voici un extrait :

« Si vous ne rencontrez pas le candidat, comment préparez-vous un meeting de campagne ?

On ne reçoit jamais le discours avant : la paranoïa est très forte dans ce genre de milieu, c’est très confidentiel. Mais, vu que ce sont toujours les mêmes discours, avec seulement l’ordre des paragraphes qui change, il suffit d’avoir fait le premier meeting pour être plus à l’aise lors des suivants. On regarde aussi beaucoup de vidéos, on étudie le site internet, la profession de foi… pour récupérer des éléments de langage et réfléchir à leur traduction. Et c’est parfois difficile : un interprète traduit du sens, pas des mots parfois creux qui reviennent en boucle. Il faut être inventif pour traduire de différentes façons, et faire comprendre des expressions : par exemple, “roman national”, c’est galère à traduire ! En LSF, cela devient “histoire de France que l’on raconte comme une histoire”… Il vaut mieux l’avoir préparée avant.

Sarkozy, Fillon, Le Maire… Vous ne traduisez que des politiques de droite ? Est-ce une sensibilité personnelle ?

Non, pas du tout. Si nous traduisons surtout des politiques de droite, c’est parce que ce sont eux qui organisent des meetings en ce moment, mais pour les élections régionales de 2015, j’ai travaillé avec Claude Bartolone. Comme tous les interprètes, nous suivons trois règles : le secret professionnel, la fidélité au discours et la neutralité. Notre boulot, c’est de rendre accessible un discours : on n’y adhère pas. Je ne suis pas toujours fan de Nicolas Sarkozy ! Mais on est quand même sur scène, physiquement associé à la personne qui parle : du coup, cela me poserait un problème personnel de traduire un discours de Marine Le Pen. »

fullsizeoutput_21d3

Lien vers l’article curieusement titré : Stéphan Barrère, interprète en langue des signes française : “J’ai fait toute la campagne de Sarkozy sans jamais lui serrer la main”

___________

La semaine dernière, c’est Alexandra Viera, toujours du site “Les Petites Mains de la présidentielle” qui a suivi mes collègues basées à Lyon qui traduisaient elles aussi un meeting de François Fillon. Voici son reportage vidéo :

« Emilie Dert et Sophie Issartial sont interprètes en langue des signes française (LSF). Elles travaillent à Lyon. Pour venir au meeting de François Fillon le 22 novembre, elles ont été appelées du jour au lendemain. C’est toujours à deux qu’elles couvrent un meeting, pour pouvoir se relayer. Avant l’événement, elles préparent leurs gestes à l’aide du script des précédents discours du candidat. Il faut, autant que possible, essayer de tout traduire. Quitte à faire de longues périphrases. »

.

© Stéphan – ( i ) LSF

%d blogueurs aiment cette page :