Tag: humour

« Je bouge les mains mais ça n’a aucun sens » avoue un interprète en langue des signes

Black

Ce sont des révélations qui risquent d’ébranler le petit monde de l’interprétation en langue des signes. En effet, un célèbre interprète F/LSF, Lucas Billaud, diplômé en 1989, a décidé de se confier au magazine « Double-Face, le mensuel des Interfaces » dans le numéro d’Avril 2015 que j’ai pu consulter en avant-première.

Il y raconte avoir pris lui même la décision de parler, expliquant que sa conscience l’obligeait, après plus de 20 années de mensonges, à un témoignage « nécessaire mais douloureux »  sur son métier, qu’il qualifie lui-même « d’incroyable escroquerie qui ferait passer Madoff pour Mère Teresa ». 

« J’ai bientôt 50 ans. Cela fait déjà plus de 20 ans que je suis complice de cette mascarade généralisée. Aujourd’hui je ne peux plus rester muet comme une carpe, je veux briser l’omerta car je sais qu’un jour le public sourd et/ou entendant réalisera qu’on bouge les mains sans savoir ce qu’on fait » explique-t-il.

« Tout cela n’a aucun sens, les gens pense qu’on est bon, qu’on traduit mais en réalité nous en sommes incapables. Je le dis haut et fort, aucun interprète en langue des signes ne traduit réellement. Nous bougeons nos mains, nos bras, notre corps, nous faisons des grimaces, mais on invente au fur et à mesure, cela n’a aucun sens.
Et les sourds ou les entendants qui connaissent la LSF n’osent pas dire qu’ils ne nous comprennent pas (car bien sur personne ne comprend rien à ce que nous signons) ils ont trop peur qu’on les prenne pour des idiots. Tout le monde se fait berner.

Une fois le pot aux roses a failli être découvert et un scandale éclater. C’était pendant les obsèques de Mandela retransmises mondialement par la télévision. Quelques personnes se sont posées des questions sur l’interprète à coté d’Obama, ils ont pensé qu’il y avait anguille sous roche. Mais rapidement notre association professionnel des interprètes en langue des signes, qui travaille dans l’ombre telle une Mafia, l’a fait passer pour un imposteur, un schizophrène (ce qu’il n’était pas bien sur) et, après l’avoir engueulé comme du poisson pourri pour sa bévue, l’a fait interner en hôpital psychiatrique. On a sacrifié un des nôtres pour sauver notre profession, pour étouffer le scandale de notre incompétence qui aurait pu nous faire disparaitre. On est des requins ». 

Et Lucas Billaud d’ajouter : « Quand j’ai commencé mes études pour devenir interprète en langue des signes dans une université parisienne, je pensais qu’il s’agissait d’un vrai métier, que l’interprète traduisait réellement les échanges entre des sourds et des entendants, j’était bien naïf. En réalité on est juste là à bouger comme des cons, à faire des gestes qui n’ont pas de sens, à faire des yeux de merlan-frit comme si on avait des TOC… Quand j’y repense… J’agite les bras en toute impunité depuis tant d’années », admet-il. « Et ça marche ! Pire, on me paye pour ça ! Réfléchissez une minute : comment pourrait-on dire avec des gestes la même chose qu’avec la voix ? C’est impossible ! »

Mon futur ex-collègue revient ensuite sur ses jeunes années : « À la fac, juste après mon admission, on m’a emmené dans une pièce et 5 membres du Conseil d’administration de l’association des interprètes m’ont expliqué que notre métier relevait de l’emploi fictif mais que cela permettait de créer du travail, que ça donnait bonne conscience à ceux qui nous embauchaient et qui pensaient lutter ainsi contre les discriminations liées à la surdité. Surtout cela permettait à un petit groupe de privilégiés de vivre grassement en toute impunité ; on se sentait important, indispensable même, en faisant 3 signes qu’il suffisait d’inventer et qui ne voulaient rien dire. »

Comme il l’admet, malgré cette désillusion, Lucas Billaud, petit à petit se laissera entraîner dans ce mensonge devenu institution au fil des siècles, depuis l’époque de l’Abbé de l’Epée en 1760 qui fut le 1er à imaginer cette mystification.
Pourquoi ? Par faiblesse selon lui : « Je n’avais pas de solution de repli et, peut-être pour me convaincre moi-même, je me suis rappelé que c’était d’abord la gestuelle qui m’avait plu chez les interprètes en langues des signes, que le reste était accessoire dans le fond », raconte l’homme, désenchanté.

A la fin de l’entretien, il explique vouloir changer de métier, quitter ce monde hypocrite du silence pour aller vers le bruit, le son, la musique : « J’aimerais devenir chef d’orchestre pour diriger tous ces instruments de musique. Je cherche un poste avec des mouvements de bras vraiment utiles. Alors chef d’orchestre, oui je sens que c’est pour moi, je m’y sentirais comme un poisson dans l’eau. »

tumblr_inline_mtyl8j7qhj1s2s0dl

© Stéphan – ( i ) LSF

Lydia Callis, a star is born !

Lydia Callis, l’interprète officielle en langue des signes américaine (ASL) du maire de New-York, est devenue en quelques heures une véritable star aux États-Unis tandis que sévissait la tempête Sandy.
Lors des conférences de presse télévisée durant lesquelles Michael Bloomberg, solennellement, mettait en garde ses concitoyens sur les risques à venir et énonçait les mesures à prendre pour se protéger, Lydia Callis traduisait ses propos avec beaucoup d’enthousiasme comme vous pouvez le constater dans la vidéo.

Selon de nombreux journalistes ou internautes, le contraste saisissant entre le maire un peu guindé et l’interprète avec son style très expressif offrait aux new-yorkais une sympathique éclaircie tandis que s’abattaient des trombes d’eau sur la ville.
Ainsi que le rapporte le New-York Times, dans « ce flot d’informations décrivant les ravages causés par la tempête Sandy il y avait peu de place pour la joie sauf s’il vous arrivait d’apercevoir Lydia Callis en action à côté du maire ».

Peu d’interprètes en langue des signes accèdent à la gloire (ce qui est normal, nous sommes là pour traduire des échanges, pas pour nous mettre en avant). On nous remarque en début de conférence ou de l’intervention que nous traduisons (« mais c’est qui ce type qui agite ses mains à coté de l’orateur?« ) puis on nous oublie.
Qu’un interprète soit connu par son nom est exceptionnel. Il y a eu bien sûr Leslie Grange, la « fausse interprète » britannique qui voyait des zombies partout et aux Etats-Unis on peut citer Jack Jason qui a atteint une certaine notoriété en tant qu’interprète de l’actrice Marlee Matlin tandis qu’elle participait aux émissions « The Celebrity Apprentice » ou « Dancing with the Stars ».

Autre nouveauté, pour Lydia Callis, sa célébrité est née grâce aux réseaux sociaux. Par exemple, il a suffi d’une ou deux apparitions sur les chaines de télévision américaines pour qu’aussitôt un Tumblr, avec une sélection de photos (plus ou moins drôles) d’elle en action soit crée.

Sur Twitter (comme le montrent les captures d’image ci-dessous) on chante ses louanges, on s’étonne de ses expressions faciales, on s’amuse de ses grands gestes à côté d’un maire très sérieux. Ses fans se disent hypnotisés, d’autres lui déclarent leur amour, ils affirment qu’ils pourraient la regarder pendant des heures…

Au-delà de ces remarques amusantes et de cette gloire éphémère, il faut surtout saluer sa présence continue au coté du maire en ces moments importants. Grâce à elle, des millions d’américains sourds ou malentendants ont pu comprendre les recommandations formulées par leur maire et prendre les précautions utiles.

Les autorités françaises feraient bien de s’en inspirer comme le rappelle justement Olical22 sur Twitter.

Nous sommes tous des citoyens français, devant les catastrophes nous sommes tous égaux, il serait donc logique que nous soyons également tous égaux quant à l’accessibilité de l’information.

Or aujourd’hui, en France, cela n’est pas le cas. Une collègue parisienne me racontait ainsi qu’en 2001, après l’explosion de l’usine AZF, les sourds de Toulouse n’ont rien compris à ce qui se passait. Pourtant à la télévision il y avait des direct, des flashs infos… Mais ni sous-titrés ni traduits en LSF.
En 10 ans la situation n’a que peu évolué. Seul un journal matinal sur France 2 est traduit en LSF (plus un sur chacune des chaines d’infos en continu) et même les allocutions du Président de la République ne sont pas interprétées en direct (excepté les vœux du 31 décembre) car, nous explique-t-on, cela « ne ferait pas joli à l’écran ».

Le traducteur cleptomane

Dimanche sous la neige.
Oublions un peu la langue des signes et écoutons l’étrange histoire d’un collègue traducteur hongrois-anglais que nous raconte Dezsö Kosztolànyi.

Son ami après avoir été condamné pour vol peinait à trouver du travail dans l’édition. Aussi il l’a recommandé à un éditeur pour qu’il effectue la traduction vers le hongrois du roman policier « Le mystérieux château du comte de Vitsislav ».

Je lui cède la parole :
« J’ai été infiniment surpris quand quelques jours plus tard, l’éditeur m’a fait savoir que la traduction de mon protégé était totalement inutilisable. (…) J’ai commencé à lire le texte. Avec des cris de ravissement. Des phrases claires, des tournures ingénieuses, de spirituelles trouvailles linguistiques se succédaient, dont cette camelote n’était peut-être même pas digne. Ahuri, je demande à l’éditeur ce qu’il avait pu trouver à redire. Il me tend alors l’original anglais, toujours sans un mot, puis il m’invite à comparer les deux textes. Je me suis plongé dedans, je suis resté une demi-heure les yeux tantôt sur le livre, tantôt sur le manuscrit. A la fin, je me suis levé consterné. J’ai déclaré à l’éditeur qu’il avait parfaitement raison.

Pourquoi ? N’essayez pas de le deviner. Vous vous trompez. Ce n’était pas le texte d’un autre roman qu’il avait glissé dans son manuscrit. C’était vraiment, coulante, pleine d’art et par endroits de verve poétique, la traduction du Mystérieux château du comte Vitsislav. Vous vous trompez encore. Il n’y avait pas non plus dans son texte un seul contresens. Après tout, il savait parfaitement et l’anglais et le hongrois. Ne cherchez plus. Vous n’avez encore rien entendu de pareil. C’était tout autre chose qui clochait. Tout autre chose.

Moi-même, je ne m’en suis rendu-compte que lentement, graduellement. Suivez-moi bien. La première phrase de l’original en anglais disait ceci : L’antique château rescapé de tant d’orages resplendissait de toutes ses trente-six fenêtres. Là-haut, au premier étage, dans la salle de bal, quatre lustres de cristal prodiguaient une orgie de lumière… La traduction hongroise disait : « l’antique château rescapé de tant d’orages resplendissaient de toutes ses douze fenêtres. Là-haut, au premier étage, dans la salle de bal, deux lustres de cristal prodiguaient leur orgie de lumière… » J’ai ouvert de grands yeux et j’ai continué ma lecture. A la troisième page, le romancier anglais avait écrit : Avec un sourire ironique, le comte Vitsislav sortit d’un portefeuille bien bourré et leur jeta la somme demandée, mille cinq cents livres sterling… L’écrivain hongrois avait traduit comme suit : « Avec un sourire ironique, le comte Vitsislav sortit un portefeuille et leur jeta la somme demandée, cent cinquante livres sterling… » J’ai été pris d’un soupçon de mauvais augure, qui, hélas, dans les minutes suivantes s’est changé en triste certitude. (…)

Comprenez-vous ce qu’avait fait notre malheureux confrère, cet écrivain si digne pourtant d’un sort meilleur ? Il avait dépouillé avait une légèreté impardonnable le comte Vitsislav, pourtant si sympathique, de ses mille cinq cents livres, ne lui en laissant que cent cinquante et soustrait deux des quatre lustres de cristal de la salle de bal, et subtilisé vingt-quatre des trente-six fenêtres de l’antique château rescapé de tant d’orages. J’étais pris de vertige. Mais ma consternation a été a son comble quand j’ai constaté, tout doute exclu, que la chose, avec un fatal esprit de suite, se retrouvait du début à la fin de son travail. En quelque lieu que sa plume ait passé, le traducteur avait causé préjudice aux personnages, et à peine connaissance faite, et sans égard pour aucun bien, mobilier ou immobilier, il avait porté atteinte au caractère incontestable, quasi sacré, de la propriété privée. Il travaillait de diverses manières. Le plus souvent, les objets de valeur, ni vu ni connu, avaient disparu. De ces tapis, de ces coffres-forts, de cette argenterie, destinés à relever le niveau littéraire de l’original anglais, je ne trouvais dans le texte hongrois aucune trace. En d’autres occasions il en avait chipé une partie seulement, la moitié ou les deux tiers. Quelqu’un faisait-il porter par son domestique cinq valises dans son compartiment de train, il n’en mentionnait que deux et passait sournoisement sous silence les trois autres. Pour moi, en tout cas ce qui m’apparut le plus accablant – car c’était nettement une preuve de mauvaise foi et de veulerie -, c’est qu’il lui arrivait fréquemment d’échanger les métaux nobles et les pierres précieuses contre des matières viles et sans valeur, le platine contre du fer blanc, l’or contre du cuivre, le vrai diamant contre du faux ou contre de la verroterie. (…)

J’ai fini par établir  que dans son égarement notre confrère, au cours de sa traduction, s’était approprié au détriment de l’original anglais, illégalement et sans y être autorisé : 1 579 251 livres sterling, 177 bagues en or, 947 colliers de perles, 181 montres de gousset, 309 paires de boucles d’oreilles, 435 valises, sans parler des propriétés, forêts et pâturages, châteaux ducaux et baronniaux, et autres menues bricoles, mouchoirs, cure-dents et clochettes dont l’énumération serait longue et peut-être inutile. »(…)

Inutile de préciser que je ne recommande pas à mes collègues cette méthode pour arrondir leurs fins de mois.

Le traducteur cleptomane et autres histoires de Dezsö Kosztolànyi traduit (on espère fidèlement, sans omission) du hongrois par Adàm Péter et Maurice Regnaut. Éditions Viviane Hamy.

La mort du signe (court-métrage)

Sur le même thème que mon billet précédent (l’interprète en langue des signes et le système judiciaire) mais sur un ton beaucoup plus léger voire drôle voici un court-métrage humoristique réalisé en 2005 par Karim Aradj et intitulé : « La Mort du Signe ».

Procès d’un sourd manifestement accusé à tort, il en ressort (oh surprise !) que la justice n’est pas toujours bien… interprétée !
Vous y reconnaîtrez Claude Piéplu, Joël Chalude et Sandrine Schwartz dans le rôle de l’interprète français/LSF qui (est-il besoin de le préciser?) est en réalité une excellente interprète. D’ailleurs elle fut mon professeur en interprétation de conférence de la LSF vers le Français.

Pour regarder ce court-métrage, il suffit de cliquer sur l’image.