Étiquette : BSL

Être interprète pour un voleur ? C’est possible !

Etre interprète en langue des signes peut vous amener à travailler dans des situations inconfortables comme le prouve cette vidéo en anglais-BSL (British Sign Language).
C’est pourquoi nous n’en voudrons pas à notre collègue de perdre parfois un peu de sa nécessaire neutralité vu le contexte anxiogène.

.

© Stéphan – ( i ) LSF

Un regard très « british humour » sur l’interprète en langue des signes

The Sketch Show était une émission de télévision britannique diffusée sur ITV de 2001 à 2004. Bien que récompensée par de nombreux prix, elle fut arrêtée faute d’audience suffisante.

Dans ce sketch, c’est un interprète en langue des signes qui est mis en scène. Ronny, la jeune femme est interrogée sur l’ouverture d’un nouveau centre spécialement aménagé pour la communauté sourde.
Lee, l’interprète à ses cotés, pratique une langue des signes qu’on pourrait qualifier d’ultra-expressive et véhémente. Le reste se passe de commentaires…

.

Certes c’est en anglais mais si besoin vous pouvez activez les sous-titres pour vous aider à comprendre les dialogues.
De toute façon, visuellement c’est hilarant.

_________________
Merci à mon collègue Samuel pour cette trouvaille

.

© Stéphan – ( i ) LSF

An interview with the new EFSLI President

efsli_twitterL’EFSLI (European Forum of Sign Language Interpreters) est l’organisation européenne représentant les intérêts des interprètes en langue des signes. C’est un lieu d’échanges où sont partagées les bonnes pratiques professionnelles, une instance qui oeuvre à une meilleure reconnaissance du métier d’interprète en langue des signes et qui organise des sessions de formations spécialisées pour ses membres.
En ce mois de Mai où nous allons bientôt voter pour renouveler le parlement européen, je vous propose une interview (en anglais) par Josefina Kalousova – rédactrice en chef d’EFSLI Newsletter – de son Président Peter Llewellyn-Jones récemment élu à ce poste.


Capture d'écran 2014-04-26 14.31.38

Why/how did you become a sign language interpreter?

I originally trained as a social worker with Deaf people or, as it was called in those days, a ‘Welfare Officer for the Deaf’. The ‘Deaf Welfare Examination Board’ was established in 1928 and its Diploma was still recognised as a social work qualification in the UK until the early 1970s. Looking back, what was extraordinary was that to pass the Diploma, as well as passing the social work elements, you also had to pass an interpreting assessment. This means that although the Register of Interpreters in the UK wasn’t established until the early 1980s, there had been a formal sign language interpreting qualification since the late 1920s.

In those days it wasn’t a full-time college course. Instead we worked under supervision in our local Deaf associations for three years; going to a polytechnic college in London every few months for a one-week residential block of theoretical lectures and seminars. There were no formal sign language classes in those days so, as I didn’t know sign language (I was one of only two students during my time who didn’t have Deaf parents) I had to attend all the Deaf clubs in the area which meant I was taking part in Deaf community activities every day of the week.

By the end of my training I had realised that I liked interpreting far more than the social work part of the job so I started to specialise in interpreting for meetings, conferences, short courses; in fact, anywhere interpreters were needed. As soon as I qualified I went to work as a ‘national officer’ for the British Deaf Association and I was then interpreting for events and courses all over the country.

What do you value most about the profession?

Looking back, I couldn’t have chosen a more satisfying career. On the one hand I’ve had the opportunity to meet and work with people from all walks of life and, on the other, I quickly realized that interpreting is far more complex than simply being able to use two languages. From 1979 to 1981 I was fortunate enough to spend three years at Bristol University researching interpreting cognitive processes and, although I’ve been involved with researching and thinking about a range of difference facets since then, that original interest had never waned. That is one of the reasons I am so pleased the Belgian Association of Sign Language Interpreters has chosen ‘Mind Tricks’ as the topic for the 2014 EFSLI conference.
Interpreting is always a source of fascination, whether because of the range of settings or the complexity of the processes.

What are your duties and responsibilities as EFSLI president?

As President I am ultimately responsible for the governance of the organisation; that is ensuring that we work within the constitution and meet the legal requirements of a formally registered, democratic, non-profit international association. I also have to ensure that any activity or campaign we embark on is within the spirit of the organisation, i.e. that it meets the aims of furthering the interests of its members and contributes in a positive and constructive way to the lives of the people who use interpreting services, both from the Deaf and hearing communities.
On a day-to-day level I’m responsible for the ‘international department’ of EFSLI, which entails developing and strengthening its working relationships with other European organisations that share our goals or complement our work, e.g. the EUD and EULITA. Most recently I have been representing signed language interpreters at the first meetings of the new European Public Service Interpreters and Translators Network (which is due to become a formally constituted European organisation at a meeting in Alcala, Spain, later in March) and holding discussions with Deb Russell, the President of WASLI, about formalizing a ‘Memorandum of Understanding’ with WASLI (see the most recent ‘EFSLI in Brief’).

I also, of course, chair the EFSLI Board meetings. Although each board member has her or his own areas of responsibility, there is so much to do that we work, as much as possible, as a team.

What is the biggest challenge for you as EFSLI president?

The main challenge over the last five months has been learning how EFSLI works. It has so many procedures and hosts so many events that I have had to rely on the knowledge and advice of previous board members and a host of individuals who have been working with EFSLI over the years.

The other challenge has been finding the time to keep on top of the EFSLI work whilst giving enough time to my own work as an interpreter trainer in the UK. Luckily I run my own company so my time is flexible but it is still a challenge.

What is your vision for EFSLI for the future?

This is something that we, as a board, are only now beginning to think about. All of us have been busy getting up to speed and it has taken us this long to really understand the complexity of the organisation and the diversity of its activities. What is obvious is that EFSLI’s structure, procedures and resources will need to be strengthened if it is to continue to grow as an active and influential European organisation. I will be proposing that we embark on a consultation exercise, involving full members, existing committees and long-term individual supporters, to develop a realistic yet visionary five-year plan. Only by taking a step back and looking objectively at how EFSLI currently operates will able to see how we can gear ourselves up for the challenges of the future whilst retaining the spirit, openness, supportiveness and friendliness that makes EFSLI such a special organisation.

© EFSLI newsletter – Josefina Kalousova, Editor – spring edition – april 2014

Entre sourds et soignants, une communication au plus mal

hopitalIl ne faudrait pas croire les aventures d’Arsène, interprète F-LSF, que je mettais en scène dans mon billet précédent étaient uniquement nées de mon imagination. En effet, il nous est souvent difficile de nous faire accepter dans ces structures hospitalières régies par des règles ancestrales ou des codes cachés que notre présence vient troubler.

Conséquence logique : de nombreux témoignages décrivent les multiples difficultés auxquelles les personnes sourdes ou malentendantes doivent faire face pour communiquer avec le personnel soignant. D’ailleurs, même si nous manquons de données chiffrées précises (l’INPES y travaille via son baromètre santé sourds et malentendants), on constate chez cette population une prévalence élevée de surpoids, cholestérol, diabète, maladies cardiaques, respiratoires, gastro-intestinales et bien sur sida…

Jean Dagron, médecin, s’est démené pendant des années pour que l’on ne fasse pas comme si de rien n’était, pour que cette communauté puisse être enfin acteur de sa propose santé, qu’elle puisse s’impliquer dans les parcours de soin.  Il a été, par exemple, l’initiateur de la consultation expérimentale en langue de signes à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris, puis médecin au CHU de Marseille.
Dans son ouvrage, Les Silencieux, il racontait combien, lors d’une consultation médicale avec des personnes sourdes, les malentendus peuvent s’accumuler faute d’une communication fluide, chacun (patient et soignant) venant avec sa propre langue orale. Alors que faire quand on ne peut trouver un interprète (voire qu’on « oublie » d’en réserver un) ou que le médécin ne signe pas ?
Ecrire ? Ce n’est pas si simple. « Les sourds ont un rapport difficile avec l’écrit. Ils peuvent apprendre de nouveaux mots, mais le sens d’un texte peut leur échapper ». 

Un exemple que raconte le Dr Dagron : « un patient sourd reçoit une ordonnance où il est écrit : « trois comprimés à répartir dans la journée au moment des repas. » Il a dû être hospitalisé en urgence, parce qu’il avait avalé trois comprimés d’anti-inflammatoires à chaque repas ! « 

Autre témoignage qu’il nous livre : Monsieur G, sourd, a un diabète mal contrôlé depuis des années. Avec de graves complications, surtout aux pieds. « Quand il vient me voir, Monsieur G me raconte qu’il s’était rendu la veille aux urgences et avait été renvoyé chez lui à 3 heures du matin avec un courrier et un numéro de téléphone pour prendre rendez-vous. Je téléphone au médecin de garde qui me fait la réponse habituelle : « Il n’y pas eu de problèmes, la communication était possible, je lui ai expliqué qu’il fallait équilibrer son diabète. » En fait, depuis des mois, M. G est en échec thérapeutique, en partie, « parce que les soignants sont en échec de communication, sans en avoir conscience. »

Il raconte encore cette histoire d’un sourd, amené aux urgences pour une appendicite. Ce dernier explique : « d’ordinaire, c’est mon oncle qui m’aide avec les médecins. Aux urgences, on a attendu, j’étais sur un brancard, puis on m’a séparé de mon oncle. On a roulé le brancard dans une pièce remplie de machines médicales, j’ai cru que c’était le bloc opératoire, je voulais les avertir avant l’opération que je suis allergique, ils ne comprenaient pas, quelqu’un est entré, la porte est restée ouverte. J’ai aperçu mon oncle et je me suis mis à signer. Mais j’ai senti quelqu’un m’attraper par-derrière, ils me prenaient pour un fou… Une infirmière a dit à mon oncle qu’elle était désolée. »

Cet ouvrage illustrait la situation française en 2008, date de sa parution. Hélas, mon expérience sur le terrain d’interprète en langue des signes française me permet de dire qu’elle n’a que peu changée si ce n’est la création de 12 unités d’accueil pour les personnes sourdes ou malentendantes, ou les actions de communications menées par l’INPES. Trop souvent la consultation demeure, pour la personne sourde, une expérience humiliante, frustrante. Sans interprète, il ne peut expliquer avec ses propres phrases ses maux à un médecin, comprendre les explications…

Néanmoins il ne faudrait pas croire que le manque d’interprètes en milieu hospitalier ou plus généralement son inaccessibilité aux personnes sourdes (absence d’intermédiateur sourd, personnel médical ne sachant pas signer…) est propre à la France.

Ainsi dans un article du 7 mai 2013 publié dans le quotidien britannique The Guardian on peut lire : « le manque d’interprètes en langue des signes anglaise (BSL) met en danger les personnes sourdes » comme cela est arrivé à Elaine Duncan, une patiente sourde admise à l’hôpital de Ninewells de Dundee.
Bien que la British Sign Language (BSL) soit sa langue maternelle, cette patiente n’a pas pu avoir accès à un interprète en langue des signes durant les 12 jours de son séjour à l’hôpital pour une ablation de l’appendicite rapporte le journal . « À de nombreuses reprises j’ai montré du doigt une affiche présentant un service d’interprètes en langue des signes et j’ai également remis la carte de visite d’un interprète en BSL au personnel médical , mais je suis restée abandonnée et ignorée » explique-t-elle. « C’était une expérience terrifiante, je me sentais seule, effrayée comme si j’étais en prison. »

Comme l’explique l’association anglaise « Signature », cette situation kafkaïenne est dû à un trop petit nombre d’interprètes anglais-BSL formés et diplômés (qu’ils évaluent à 800 pour tout le Royaume-Uni). Ils sont pourtant indispensables. « Être transporté en urgence à l’hôpital est déjà angoissant. Mais c’est bien pire si vous ne pouvez pas comprendre ce que les médecins cherchent à vous expliquer, ou que vous vous réveillez après une opération ne sachant toujours pas pourquoi vous êtes là. »

De plus, contrairement à ce qu’imagine le personnel médical britannique la lecture labiale ou le passage par l’écrit ne peut résoudre tous les problèmes de communication. « La langue des signes est leur langue première et dans ces situations de stress elle est indispensable pour garantir une bonne compréhension de part et d’autre. » Parfois le personnel hospitalier, croyant bien faire, demande à des membres de la famille de venir à la place de l’interprète, mais là encore, « Signature »  rappelle que leur niveau en BSL est souvent faible et que leurs attaches familiales peuvent brouiller la qualité de la traduction l’émotion étant parfois trop forte, notamment lors de l’annonce d’un diagnostique sévère.

Alana Trusty, directrice de « Links », un service de défense des droits des personnes sourdes qui a notamment conseillé Elaine Duncan dans son combat contre l’hôpital ajoute : « imaginez si vous étiez hospitalisé en France. Seriez-vous capable de lire simple un formulaire rédigé en français demandant votre consentement pour un acte chirurgical ? Ou pourriez-vous comprendre quelqu’un qui parle français à votre chevet ? C’est exactement ce qui se passe pour les personnes sourdes. »

Et encore, elle n’envisage pas le cas des sourds anglais qui osent traverser la Manche pour voyager en France…

Interprète en langue des signes : une espèce en voie de disparition ?

En lisant l’actualité des rubriques « nouvelles technologies » on pourrait penser que les chercheurs du monde entier n’aiment pas les interprètes en langue des signes et qu’ils ont décidé de se liguer afin de les faire disparaitre à tout jamais.

En effet, je vous avais parlé, il y a quelques mois, de ce projet développé au Japon qui voulait convertir des chaînes de mots japonais en signes via un avatar virtuel.

Plus récemment, trois chercheurs (Oleg Imanilov, Zvika Markfeld et Tomer Daniel) ont présenté un gant qui offre la possibilité de rédiger des SMS et des e-mails sur un smartphone sans avoir à taper sur un clavier mais en utilisant la langue des signes. Chaque mouvement est traduit en texte, le gant étant pourvu de capteurs gyroscopiques, d’accéléromètre etc.

Enfin, hier, on apprenait que des scientifiques développaient un programme informatique permettant de traduire les langues des signes en texte écrit. Cela « révolutionnerait la vie des personnes sourdes et malentendantes » croient-ils utile de préciser.
Le logiciel serait utilisable via des appareils portables (ordinateur ou téléphone) et fournirait une traduction simultanée vers la langue écrite.

Ernesto Compatangelo, maître de conférences en informatique à l’université d’Aberdeen en Ecosse nous présente ce « traducteur de langue des signes portable (pSLT) » : « l’utilisateur signe devant une caméra standard intégrée dans un ordinateur portable, netbook, smartphone, tablettes… Les signes sont immédiatement traduits en texte et ainsi la personne avec qui il veut communiquer peut lire le texte traduit et comprendre son discours ».
Le chercheur ne précise pas comment celui-ci lui répond mais j’imagine que c’est à cet instant que l’interprète-avatar japonais entre en scène.

Cette nouvelle technologie serait compatible avec une large gamme de langues des signes et est d’abord destinée aux jeunes sourds (âgés de plus de 16 ans) dans les domaines de l’éducation ou de la formation.

« L’objectif essentiel est de permettre aux utilisateurs qui s’expriment en langue des signes à surmonter ce handicap de communication qu’ils éprouvent afin qu’ils puissent réussir leur parcours éducatif puis leur arrivée sur le marché du travail. L’un des aspects fondamental de ce nouveau logiciel est qu’il permet de personnaliser les signes/vocabulaire à traduire. Par exemple pour un étudiant qui suit une formation en menuiserie, il n’existe pas de signe en BSL (British Sign Language) qui signifie  » une queue d’aronde »
[précision : je ne connais pas non plus le signe en LSF !].
Un étudiant en utilisant le pSLT pourra créer ses propres  signes pour signifier « queue d’aronde » et ainsi communiquer aisément avec son tuteur ou ses camarades de classe »
.

Par ailleurs, les scientifiques précisent que ce logiciel de « reconnaissance des signes » pourrait être utilisé à d’autres fins comme permettre à une personne à mobilité réduite de contrôler les appareils dans sa maison, par exemple l’ouverture des rideaux ou tout simplement zapper devant sa télévision.

Ce service devant être mis sur le marché vers la fin de l’année prochaine, dois-je alerter Pôle Emploi qu’il faudrait réfléchir dès à présent à la reconversion professionnelle des interprètes (humains) en langue des signes ?